Bienvenue sur mon blogue

Posté par Francine Ferland le 10 avril 2010

0001711.jpg    Artiste peintre Francine Ferland,  (Acrylique sur toile, dimensions : 24 x 30 po )

  

  J’ai créé ce blogue sur un coup de tête, un soir de déprime où je me sentais seule. Un peu plus tard cette nuit là, quel ne fut pas mon effarement en constatant que quelqu’un, quelque part, venait de commenter ma première page… Quelqu’un de totalement inconnu m’avait lu et comprise… Je n’étais donc plus seule au monde… Depuis j’ai gardé ce blogue et j’y écris régulièrement, sachant qu’inéluctablement quelqu’un quelque part me lira… 

Quelques mots à propos de moi 

  Je peins depuis plusieurs années (peintre autodidacte). J’ai un don pour l’écriture. Albert Camus à écrit : « Créer c’est vivre deux fois », dans mon cas c’est tellement vrai. Lorsque j’écris ou que je peins je réinvente ma vie… une vie plus active, plus aventureuse et romantique, une vie à bout de souffle et combien gratifiante. Mon premier manuscrit se promène en ce moment d’une maison d’édition à une autre, en attente d’un preneur. Le deuxième tome est en rédaction (environ 20,000 mots d’écrit jusqu’à présent). Je suis également photographe et ornithologue amateur. Le crochet et la cuisine végétarienne font partis de mes passions. Je suis amoureuse de la vie et de tout ce qu’elle amène. J’adore la nature, sa faune et sa flore : elle dicte mon alimentation (végétarienne). Ma musique préférée dépend du moment, tous les styles ont leurs charmes. J’écoute rarement la télé sauf pour les reportages, entre autres Découverte. Je déteste la violence et l’injustice. Je ne regarde que les films à l’eau de rose… «  Ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants  ». Je lis énormément depuis toujours. Mon livre préféré… le mien bien sûr et le tome 2 en rédaction. Mon repas favori à vie est le petit déjeuner ; j’adore le café au lait accompagné de croissants aux amandes et de marmelade d’orange, que je déguste en silence en écoutant le chant des oiseaux. Je souhaite que vous appreniez à mieux me connaître au fil de mes écrits.  

 Aux plaisirs de lire vos commentaires. 

_____________________________________________________________________________________________

00102000.jpg      00105000.jpg

(Acrylique sur toile, dimensions : 24 x 30 po.)

Voici deux de mes toiles pour vous donner un aperçu de mes créations.  En ce moment je suis dans ma phase Fleurs de Jardins.

______________________________________________________________________________________________

mpat017b333.jpg   infographiste : Patrick Ferland

Fragment de mon premier manuscrit : Éloïse « Au-delà du rêve »  

Tome 1, chapitre 19, page 209 :

02 décembre, quatre heures du matin…

  Alors que la tempête s’essouffle à l’extérieur, Éloïse émerge peu à peu de l’inconscience. Un fulgurant mal de tête court-circuite ses idées, des crampes musculaires paralysent ses membres ankylosés, elle essaie de se redresser. Et là ! Boum ! Tel un éclair jaillissant des ténèbres : sa mémoire resurgit. L’effet est si dévastateur qu’elle peine à respirer, le rythme de son cœur s’emballe, sa tête vacille. C’est alors qu’un cri de terreur effraie le silence et ranime l’écho qui rebondit à l’infini dans cette obscurité absconse. Ce n’est que quelques secondes plus tard qu’elle réalise qu’il émane d’elle. Un bout du ruban adhésif a cédé sous la pression. Elle en profite pour respirer avidement par la bouche, consciente qu’il lui faut pondérer ses pulsations cardiaques et retrouver son aplomb.

  __ « Je dois anesthésier ma peur coûte que coûte. Si je m’abandonne à la panique : je signe mon arrêt de mort. »

  Ses yeux grands ouverts sur l’opacité ténébreuse des lieux, regorgent de larmes qui se meurent sur ses joues. Néanmoins elle sent la combativité monopoliser son être tout entier. Elle va livrer l’ultime combat pour sa vie avec toute l’énergie et la détermination qu’engendre le désespoir. 

______________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________

   

 Lord Of the Dance, Roman Hardiman, Gypsy    notes017.gif                                                                     

______________________________________________________________________________________________

    

_______________________________________________________________

Les annonces Google sur mon site y séjournent contre mon gré,

   

Je vous prierais de ne pas en tenir compte et de les ignorer,

  

Je suis désolée pour cet inconvénient.

______________________________________________________

Publié dans A propos de moi | 11 Commentaires »

Fragments de mes manuscrits

Posté par Francine Ferland le 8 avril 2010

mpat017b333.jpg  infographiste : Patrick Ferland

Fragment de mon premier manuscrit : Éloïse, Au-delà du rêve  

Tome 1, chapitre 19, page 209 :

 

02 décembre, quatre heures du matin…

  Alors que la tempête s’essouffle à l’extérieur, Éloïse émerge peu à peu de l’inconscience. Un fulgurant mal de tête court-circuite ses idées, des crampes musculaires paralysent ses membres ankylosés, elle essaie de se redresser. Et là ! Boum ! Tel un éclair jaillissant des ténèbres : sa mémoire resurgit. L’effet est si dévastateur qu’elle peine à respirer, le rythme de son cœur s’emballe, sa tête vacille. C’est alors qu’un cri de terreur effraie le silence et ranime l’écho qui rebondit à l’infini dans cette obscurité absconse. Ce n’est que quelques secondes plus tard qu’elle réalise qu’il émane d’elle. Un bout du ruban adhésif a cédé sous la pression. Elle en profite pour respirer avidement par la bouche, consciente qu’il lui faut pondérer ses pulsations cardiaques et retrouver son aplomb.

  __ « Je dois anesthésier ma peur coûte que coûte. Si je m’abandonne à la panique : je signe mon arrêt de mort. »

  Ses yeux grands ouverts sur l’opacité ténébreuse des lieux, regorgent de larmes qui se meurent sur ses joues. Néanmoins elle sent la combativité monopoliser son être tout entier. Elle va livrer l’ultime combat pour sa vie avec toute l’énergie et la détermination qu’engendre le désespoir.

______________________________________________________________________________________________

 

Fragment de mon tome II, illustré par une de mes toiles.

201004120009111.jpg Acrylique sur toile 24 x30 po. (Peggys Cove Nouvelle-Écosse)

 

Tome II, Éloïse, Le Requiem, 

Prologue

L’enterrement.

C

e jour funèbre du cinq janvier s’enlise sous un amas de froidure, propre à vous glacer le sang. Son ciel mortuaire, drapé au fusain, célèbre les funérailles de Gérard Latour.

  Dans les entrailles de la plus vieille église du diocèse de Montréal, assis sur le dernier banc au fond de la nef, un homme courbé, de noir vêtu, assiste seul à la cérémonie. Il n’a pu prendre possession du corps – réfrigéré et entreposé à l’institut médico-légal – qu’un mois seulement après le suicide.

  __ « Pourquoi ? Pourquoi n’ai-je rien perçu de ta détresse ? Seul l’instant où tu t’es donné la mort m’a ébranlé. Le coup fatal tiré à la tête je l’ai ressenti… aussi puissamment que s’il m’avait été infligé ! J’ai su à la seconde même que je ne te reverrais plus. Oh Gérard ! Si tu savais comme tu me manques. »

  Il serre les poings, porte son regard vers l’officiant qui en ce moment encense le cercueil.

__ « Tout ça ne se serait jamais produit si tu t’étais ……….

……………….

  Indifférent à la rage qui monte en lui, le Requiem de Berlioz s’élève haut et fort, ébranlant l’enceinte du sanctuaire. L’homme se rassoit et se concentre sur les vocables latins de ce chant grégorien, qui pleure mieux que lui son chagrin.

  L’office religieux s’achève sur la bénédiction du corps, il se lève en se signant et s’engage dans l’allée derrière les porteurs. À la sortie de l’église un vent de tempête s’engouffre à l’intérieur du portail et lui gifle le visage.

__ « Je suis là maintenant Gérard. Je ne t’abandonnerai pas, jamais… »

 

chapitre 3, page 38,

  Le grand air de la mer a eu raison d’Éloïse ; ce soir après le bain de Félicia elle se retire dans sa chambre. Confortablement étendue sur son lit, elle se remémore sa journée et sourit en revoyant la frimousse joyeuse de Mélodie. Celle-ci virevoltait littéralement sur les rochers de granite arrondis par l’océan. Qui aurait cru qu’elle venait d’accoucher depuis peu ! Cette après midi en explorant Peggys Cove – ce petit village ou une population restreinte s’active toujours dans la pêche au homard – elle redécouvrait avec ravissement la joie de vivre de sa fille. Passionnée, expansive et excessive autant qu’elle, Mélodie rayonnait tout simplement. C’était l’un de ces moments magiques où en symbiose la mère et la fille fêtaient les retrouvailles, que les kilomètres s’acharnent invariablement à retarder.  

  Éloïse tapote nerveusement son oreiller afin de la regonfler, puis expire bruyamment :  

  __ « Quelle idée de s’établir ici ! Ça serait si merveilleux de les avoir auprès de moi à Repentigny. »  

  Se disant elle revoit sa maison et ressent impérieusement le besoin d’être chez elle, près de son bel inspecteur. Son absence lui pèse terriblement tout à coup……………. 

Publié dans Art Littéraire | 4 Commentaires »

Mes toiles

Posté par Francine Ferland le 7 avril 2010

00102000.jpg   00105000.jpg                             

 (Acrylique sur toile, dimensions : 24 x 30 po.)

Voici deux de mes toiles pour vous donner un aperçu de mes créations.  En ce moment je suis dans ma phase Fleurs de Jardins.

 

_____________________________________________________________________________________________

20100826.jpg Acrylique sur toile 16/20 po. Août 2010

Publié dans Art pictural | 3 Commentaires »

Pardonnez mon absence s’il vous plait.

Posté par Francine Ferland le 30 mars 2014

Dimanche le 30 mars 2014

  En ce moment ma vie tourne autour de mes petits enfants, de ma fille et de mon fils, eux si précieux à mon cœur. Je m’excuse de mon absence auprès de vous tous: entre mon rôle de grand-maman, de gestionnaire et d’aidant bénévole, je ne vois pas passer le temps. En cette période actuelle il me faudrait deux vies pour faire tout ce que j’aime : mon tai-chi(l’exercice,l’enchènement, Marcel et toute la gang me manquent énormément); peindre(j’ai tellement de toiles dans ma tête qui ne demandent qu’à être couchées sur une toile); écrire(mon tôme 2 est déjà terminé au creux de mon imagination); heureusement pour ce qui est de la photographie mon nouveaux petit fils en crée l’occasion. Je suis une passionnée invétérée de la vie,; elle m’a donné beaucoup de talents que j’exploite tous en même temps. Il m’est impossible de choisir… peut-être le devrais-je ? En faite c’est de tout cela que me vient tout cet amour inconditionnel que je ressens si profondément pour tous les miens, pour vous tous, pour la nature et pour tout ce qui m’entoure.

Je vous présente avec fièreté notre tout dernier né : Luca

Lucas  Maya et Lucas  famile

Publié dans A propos de moi | Pas de Commentaire »

12345...143
 

jeanneundertheworld |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les ateliers d'Anissina Tur...
| Les ateliers d'Anissina Tur...
| Les ateliers d'Anissina Tur...